Montagnes Magazine : ski de rando en Oregon, USA Un trip à ski dans le massif des Cascades, entre Californie et l’état de Washington, ça commence par un « road trip ». Une voiture, des skis sur le toit… Voila le pack nécessaire pour approcher les volcans de la monumentale chaine volcanique du Pacifique ! Tout y est : les fast food, les villages de cowboy et enfin, émergeants de la plaine plate comme la main, les volcans enneigés, phares dans la tempête de nos envies de skieurs. Rock on ! « Rien derrière et tout devant, comme toujours sur la route. » J.Kerouac, Sur la route. « Classic Rock radio » sur la 98.3, Jimmy Hendrix, Police et les Graatefull Dead font résonner leurs guitares dans la Mitsubishi de location. La route est longue depuis San Francisco jusqu’au nord de l’Etat de Californie où pointe le Lassen Peak et ses 3187 m volcaniques. Le premier de la longue série de volcans des Cascades. Le nord de la Californie est une gigantesque forêt de pins, où les farceurs Chipmunks chicanent les geais bleus électriques, entre rivières tumultueuses, collines bleutées et mousse verte fluo qui recouvrent les arbres multiséculaires. Le Lassen Peak émerge au dessus de ce fatras sylvestre, comme un totem gigantesque. Déjà remplis de cette ambiance américaine à la fois furieusement exotique et familière, nous campons dans la campground du Parc National pour un départ aux aurores à travers les bois. Bien sur, nous avons relu « Sur la route », nous nous sommes gavés des épisodes de « Sherif fait moi peur » , les US sont une part de nous même qu’on le veuille ou non. Nos voisins au campground, Brent et Tom, père et fils randonneurs en télémark et Splitboard, nous font un résumé de l’ascension. Assis sur des chaises longues à côté de leur Pick Up truck, Budweiser en main, à l’abri d’un parasol coca, ils se protègent d’un soleil invisible. Tom fait ses études à Sacramento, ils se retrouvent ainsi le week-end pour skier ou pêcher dans le parc du Lassen Peak. Ils nous proposent de nous retrouver demain en fin de journée sur le versant nord, où ils comptent pêcher afin de nous ramener au camping. Le soleil diffuse une clarté pâle et nous nous orientons dans la forêt épaisse pour rejoindre les bases du volcan. Un siècle plus tôt, en mai 1914, il est entré en activité entamant un cycle de sept années d’éruptions périodiques. Aujourd’hui nous nous lançons sur les pentes douces et boisées de l’ogre endormi : une ascension longue, un peu moins de 1500 m positif mais la distance est faramineuse. Lorsque nous émergeons enfin de la limite forestière, les blocs volcaniques sont disséminés jusqu’au sommet. Au loin scintille le Mont Shasta et ses 4317 m, le prochain sur la « list to do » des Cascades. La descente est large et accueillante sur le versant nord. Nous plongeons vers la « devastated area », un paysage étrange de désolation, funeste résultat des éruptions du siècle dernier, où nous attendent Brent et Tom, bredouilles, mais heureux. Nous nous entassons dans leur pick-up pour rejoindre le campground et partager quelques Budweiser en leur compagnie. Nous reprenons notre route, attirés comme des mouches sur une vitre ensoleillée par la majestueuse suite de la Chaine des Cascades, subjugués par ce que nous avons aperçu du Mont Shasta depuis le Lassen Peak : une montagne isolée, imposante comme un gâteau de mariage, posée au milieu d’un océan de forêts vallonnées. Le Big Wild, version Oregon. Oregon by ski
0.00716